L’ESTA (Electronic System for Travel Authorization) pour les USA / États-Unis

Au pays de l’Oncle Sam, les possibilités touristiques sont multiples. Au moment d’entamer ses démarches de voyage, il est fréquent d’avoir du mal à définir son itinéraire de séjour.

Que vous ayez envie de flâner dans les rues de New York ou Washington, vous plonger dans l’univers des parcs nationaux de l’Ouest ou plutôt visiter la célèbre ville du cinéma, Hollywood, il vous faudra obligatoirement introduire une demane de visa ou d’ESTA avant de fouler le territoire américain.

Qu’est-ce que l’ ESTA ?

L’Electronic System for Travel Authorization, en abrégé ESTA, est une autorisation de voyage pour les Etats-Unis réservée aux ressortissants des pays bénéficiant du programme Visa Waiver Program (VWP).

Ce programme sert à faciliter la libre circulation des personnes et des biens entre certains pays appliquant en général des normes de sécurité similaires.

Cette autorisation, qui n’est pas ni visa, encore moins une Green Card, n’est valable que pour une entrée par voie aérienne ou maritime.

Quelles-sont les différences entre Visa, Green Card et ESTA ?

Les principales différences entre un visa, une Green Card et une ESTA se situent au niveau du coût, des durées de validité et de séjour, des voies d’entrée sur le territoire et de la procédure.

Tout d’abord, il faut préciser que la Green Card n’est pas un visa mais plutôt un document officiel permettant aux non américains de résider aux Etats-Unis et de bénéficier de certains droits civiques au même titre que les américains. Même si elle facilite l’accès une demande de nationalité, la procédure de son obtention est très longue et souvent conditionnée.

Le visa est un document d’entrée ou de séjour sur le territoire américain, qui offre des possibilités de délais variables en fonction du motif du voyage. Il est obligatoire de posséder un visa pour voyager sur les Etats-Unis ; mais en raison de la nationalité du demandeur et du type de passeport, certaines facilités peuvent être accordées. Cette flexibilité se ressent alors essentiellement sur les coûts et les formalités d’obtention et est généralement connue sous le nom d’ESTA.

Document officiel faisant office de titre d’entrée et de séjour sur le sol américain, l’ESTA est valable pour les passagers en transit, les voyages de tourisme ou d’affaires (prospection commerciale, rendez-vous et conférences, séminaires, etc) n’excédant pas 90 jours. Il ne permet pas de travailler mais ouvre la voie à :

  • la pratique du bénévolat culturel, sportif ou social (au niveau amateur),
  • des traitements médicaux de courte durée, et
  • la participation à des formations ou cours universitaires en auditeur libre (sans validation des acquis).

Qui peut demander un ESTA pour les Etats-Unis ?

L’ESTA est accessible aux pays membres de l’accord Visa Waiver Program évoqué plus haut et concernant les nationalités suivantes :

  • En Europe : Allemagne, Andorre, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Saint-Marin, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et République tchèque.
  • Hors Europe : Australie, République de Corée du Sud, Sultanat de Brunei, Nouvelle-Zélande, Malte, Singapour, Taiwan et Japon.

L’ESTA et le mode d’entrée sur le territoire américain

Une fois que vous avez bien vérifié l’éligibilité de votre passeport à l’ESTA et que vous voyagez pour des motifs pris en compte par ce titre de voyage, il est capital de choisir le bon moyen de transport pour atterrir sur le sol américain.

En effet, l’ESTA n’est valable que pour des entrées par voie aérienne ou maritime. Même si vous n’effectuez qu’un simple transit aux USA, il vous sera exigé à l’aéroport de présenter un visa ou une ESTA avant d’espérer embarquer. N’en veuillez donc pas aux compagnies aériennes et maritimes qui sont informées de ces mesures et les appliquent fermement. Prenez juste vos précautions pour éviter d’éventuels désagréments.

Par contre, si votre ambition est d’entrer aux Etats-Unis par voie terrestre, c’est une toute autre affaire et cela dépend de votre provenance. Même s’il est indispensable d’être pris en compte par le Visa Waiver Program, posséder un ESTA valide fait gagner du temps à la frontière mais n’est pas une exigence pour une entrée par voie terrestre.

En effet, si vous possédez un ESTA, vous pouvez remplir et effectuer le paiement en ligne de votre formulaire I-94W, sous réserve de traverser la frontière au maximum dans les 7 jours qui suivent.

Cas particuliers au sujet de l’ESTA

Le formulaire I-94W

Le formulaire I-94W, de couleur verte, est un document officiel à remplir pour entrer aux USA par voie terrestre. Il est remis par l’agent frontalier sur place, contre un paiement en espèces s’élevant à 6$ US, et après un court interrogatoire de routine. Ce formulaire est de deux types : celui destiné aux détenteurs de visa américain valide appelé « formulaire I-94 » et le second destiné à tous les autres voyageurs (y compris ceux exemptés et ceux détenteurs d’un ESTA) appelé « formulaire I-94W ».

Il ne faut donc pas commettre l’erreur de confondre le formulaire I-94W et l’ESTA. Même si, lorsque vous possédez un ESTA, la procédure du formulaire I-94W est facilitée, elle n’est pas facultative. Remarquons enfin, que ce formulaire est valide 90 jours et doit être retourné aux autorités frontalières en fin de validité ou en fin de séjour, si vous ne comptez pas retourner aux USA avant la fin de la validité.

L’entrée par voie terrestre en fonction du pays de provenance

Si les pays autorisés à bénéficier de l’ESTA par voie aérienne ou maritime sont bien définis, l’entrée aux Etats-Unis par voie terrestre, est vraisemblablement plus spécifique. Les 2 principales frontières terrestres des Etats-Unis sont le Canada et le Mexique, d’où l’on peut accéder à pied, en bus ou en train.

En provenance du Canada

Les Canadiens sont exemptés d’ESTA s’ils entrent par voie terrestre. Pas de formulaire également à remplir pour eux ; le passeport valide seul suffit.

Les autres voyageurs en provenance du Canada par contre, pourront entrer librement avec leur ESTA ou leur visa selon l’éligibilité. Remarquons toutefois, qu’en plus de présenter leur passeport, leur billet-retour et leur preuve de solvabilité, une taxe de 6$ payable en espèces, sera demandée en échange d’un formulaire I-94W.

Vous aurez également à subir un petit interrogatoire de la part de l’agent frontalier qui portera essentiellement sur la durée et le motif de votre séjour, vos contacts sur place, votre profession et votre fréquentation du pays.

De plus, comme à tout autre poste frontalier, vous serez soumis à une prise d’empreintes et de photo.

En provenance du Mexique

En ce qui concerne l’arrivée depuis le Mexique, vous aurez aussi besoin d’un I-94W (ou d’un I-94 si votre visa est valide), ainsi que de votre passeport et des autres pièces exigées précédemment.

Toutefois, il faut préciser qu’il existe une zone libre au niveau de la frontière mexicaine qui favorise le tourisme avec ce pays. Dans cette zone, il n’y a pas d’exigence particulière pour l’entrée ou la sortie. Mais quand il s’agit d’entrer depuis la zone en dehors de cet espace libre il faut remplir les formalités normales d’immigration aux Etats-Unis.

Attention ! Si votre séjour aux Mexique est inclus dans votre durée de voyage totale, faites attention aux délais. Ne dépassez pas la durée de votre validité d’ESTA ou d’I-94W au cours de votre séjour au Mexique sinon vous risquez d’avoir à reprendre votre demande et même payer des pénalités pour retourner aux Etats-Unis.

En provenance de Cuba

Le cas de la république cubaine est assez particulier et ce, malgré l’allègement de l’embargo entre les Etats-Unis et Cuba. Aucune information claire et officielle ne détermine les conditions d’entrée aux Etats-Unis par voie terrestre à partir de Cuba. Mais dans tous les cas, le plus sûr est de contacter les autorités compétentes.

Les pays classés « à risque »par les Etats-Unis

Même si vous n’êtes pas ressortissant de l’Afghanistan, de l’Iran, de l’Irak, de la Libye, de la Somalie, du Soudan, de la Syrie ou du Yémen, mais que vous avez simplement visité ces pays classés « à risque » par les Etats-Unis, votre demande risque d’être rejetée car tous les types de visas ne sont pas accessibles à ces nationalités.

Remarquons néanmoins qu’il existe quelques dérogations concernant :

  • le personnel militaire et fonctionnaires des états exemptés de visa, en mission officielle dans ces « pays à risque »
  • les double-nationaux de ces « pays à risque », détenteurs du visa sur passeport (de leur deuxième nationalité, si elle est éligible) valide.

Les détenteurs de la Greencard, ressortissants de ces « pays à risque » peuvent toujours faire valoir les droits conférés par cette carte, même si à chaque entrée sur le territoire américain, il faut une vérification de leur situation.

Les délais de l’ESTA pour les Etats-Unis

Quand on parle de délai, il s’agit bien évidemment de prendre en compte le temps de traitement de la demande, la durée de validité de l’ESTA et le nombre de jours auxquels vous êtes autorisés à rester sur le sol américain dans le cadre de votre séjour. Il est important de faire attention à tous ces délais car l’immigration américaine y attache beaucoup d’importance et en tiendra compte pour vos demandes ultérieures.

Durées de traitement, de validité et de séjour de l’ESTA

En général, la réponse des autorités américaines est quasiment immédiate, quand vous postulez l’ESTA.

Toutefois, il est conseillé de s’y prendre au moins 72h à l’avance afin d’avoir une marge de manœuvre, en cas d’éventuelles complications. Il est donc important d’en tenir compte dans la planification de son voyage et d’éviter d’attendre la dernière minute pour faire sa demande.

L’ESTA est valide pendant 2 ans, c’est-à-dire qu’à partir du moment où vous recevez l’approbation de votre demande, vous avez un intervalle de 2 ans pour poser vos valises aux Etats-Unis. Mais attention, il faut que la validité du votre passeport excède ce délai car s’il expire avant 2 ans, cela annule la validité de l’ESTA.

Le détenteur de l’ESTA a une latitude relative pour décider de voyager sur les Etats-Unis mais lorsqu’il arrive sur le territoire, son séjour ne peut excéder 90 jours pour du tourisme ou les affaires.

Peut-on demander un ESTA en urgence ? Prolonger ou changer le motif de son ESTA pour les Etats-Unis ?

En théorie, il n’existe pas de visa d’urgence pour les Etats-Unis car le traitement de l’ESTA est rapide. Mais lorsque vous n’êtes pas éligible pour l’ESTA et que pour des raisons humanitaires, sanitaires ou commerciales vous êtes obligés de voyager en urgence, l’administration peut traiter votre demande de façon accélérée. Attention ! Les passeports d’urgence ne permettent pas l’entrée sans visa sur le territoire américain.

S’il est possible de renouveler son ESTA sans changer de statut, il est par contre impossible de le prolonger sur place. En effet, le simple changement des informations fournies pour une demande (situation matrimoniale, nationalité, passeport, etc), suffit à vous obliger à retourner dans votre pays de résidence pour le renouvellement de la procédure d’ESTA. La procédure de renouvellement est identique à la première.

Ce n’est que le changement d’adresse électronique ou de lieu de résidence aux Etats-Unis qui n’oblige pas à renouveler un ESTA. Il suffit juste d’aller sur votre dossier en ligne et d’apporter les modifications en ligne. Même procédure lorsqu’au cours de la période de validité, vous effectuez un autre voyage sur les Etats-Unis avec le même ESTA ; il faut juste changer les informations de vol et d’hébergement sur le site, et voyager avec le même passeport, à chaque fois.

Que risque-t-on en cas d’excédent de séjour ?

Si l’excédent de séjour peut sembler banal, aux USA c’est une autre histoire. Les autorités bien renseignées par le biais de leur base de données vous identifieront très rapidement lors d’une demande ultérieure qui sera systématiquement rejetée, avec risque d’interdiction de territoire pour une longue durée – parfois des années.

Il n’y a pas de restriction en matière de délai entre les séjours avec le même ESTA. De plus, 90 jours ne signifient pas 3 mois car si vous dépassez le délai officiel, vous courrez les mêmes risques que pour un excédent intentionnel. A la base, le motif d’excédent n’intéresse pas les autorités qui ne vous empêcheront pas de rentrer mais, s’en souviendront à l’avenir.

Les Coûts et Modes de règlement de l’ESTA pour les Etats-Unis

Où demander son ESTA ?

Pour obtenir votre ESTA rapidement et simplement, il suffit de le commander directement via notre plateforme : vous recevrez votre ESTA en 24 heures seulement.

Cliquez ici pour faire la demande grâce à notre formulaire simplifié.

En dehors de l’US Customs and Border Protection, aucun service consulaire américain n’est habileté à traiter des informations relatives à l’ESTA.

Quel-est le prix de l’ ESTA ?

Le prix de l’ESTA est de 24,94€, pour chaque demande qui est individuelle.

Les modes de règlement

Le règlement de l’ESTA se fait directement sur notre plateforme en ligne, de manière sécurisée. Nous acceptons de nombreux moyens de paiement.

Comment obtenir son ESTA pour les Etats-Unis ?

Une fois votre demande remplie, et le paiement en ligne effectué, vous recevrez votre document directement par email dans un délai de 24 heures maximum.

Les documents exigés pour la demande d’ESTA ?

Le passeport

Seuls les passeports biométriques ou électroniques sont éligibles pour la demande d’ESTA. Le passeport doit :

  • Etre individuel c’est-à-dire que les enfants et même les bébés doivent avoir leur propre passeport. Dans le cas où le mineur voyage seul, une autorisation parentale ainsi que la pièce d’identité valide (ou périmée depuis moins de 5 ans) du parent ou tuteur responsable.
  • Etre valide au moins 6 mois après la date de départ du sol américain en fin de séjour (même s’il existe un certain nombre de pays appartenant au « Six Month Club Members », exemptés de cette obligation).
  • Etre scanné en couleur et de façon lisible, de façon à laisser apparaître clairement les informations d’identité et surtout le numéro du passeport qui doit être le même que celui inscrit lors du remplissage du formulaire.

Remarquons enfin que même si la durée de votre visa est longue, l’importance de respecter les délais de validité du passeport est capitale car, à défaut, vous pouvez être amenés à payer des montants élevés d’amende (jusqu’à 500$ US parfois).

Le formulaire de demande

Le formulaire de demande est bien-sûr une étape capitale de la procédure. Il doit être rempli avec précision, et en toute logique, sans erreur. Sur notre plateforme, nous avons simplifié le formulaire au maximum, vous n’aurez besoin que de quelques minutes pour fournir toutes les informations.

La preuve de retour

Sans apporter une preuve valable de votre désir de rentrer chez vous en fin de séjour aux Etats-Unis, il est peu probable que vous obteniez votre ESTA. Ce justificatif peut prendre la forme d’un billet d’avion aller-retour ou d’une attestation de réservation délivrée par une agence reconnue par les autorités américaines (par exemple).

La preuve de fonds

Il s’agit d’une preuve de solvabilité (carte de crédit, chèques de voyage, etc) c’est-à-dire d’une attestation ou des relevés bancaires.

La preuve d’hébergement

Parmi les justificatifs qui détermineront l’acceptation de votre demande d’ESTA, il y a la preuve d’hébergement qui peut prendre la forme d’une réservation d’hôtel ou d’une lettre d’invitation de la part d’un résident.

Comment obtenir son ESTA pour les Etats-Unis ?

De toutes les étapes de la soumission de l’ESTA, le remplissage du formulaire peut-être celle qui stresse le plus les demandeurs. Il y a 3 types de questions qui vous seront demandées :

  • Les questions relatives à votre statut (identité, situation personnelle et professionnelle, etc). Cela va des prénom(s) et nom(s) jusqu’à votre situation matrimoniale, en passant par votre date de naissance, votre lieu de naissance, votre sexe, votre adresse électronique, etc.
  • Les questions liées à votre voyage. Il s’agit ici de renseigner le numéro de passeport, la date de son expiration, la date et le pays de sa délivrance, votre adresse de résidence permanent, le pays d’embarquement, votre éventuel emploi ainsi que l’adresse d’hébergement et la personne à contacter en cas d’urgence au cours de votre séjour.
  • Les questions fermées c’est-à-dire celles auxquelles vous ne pouvez répondre que OUI ou NON et qui sont liées à vos antécédents (sanitaires, judiciaires, de voyage, etc). Quel que soit le cas, il est conseillé d’y répondre avec transparence et honnêteté pour éviter toute méprise.

Une dernière précaution qui pourrait être compromettante ! Si au cours de votre transit sur le sol américain vous êtes amené à passer ne serait-ce qu’une seule nuit aux Etats- Unis, il vaut mieux répondre NON à la question « Votre voyage aux États-Unis est-il un transit vers un autre pays ? » car la réponse par l’affirmative n’est valable que pour les voyageurs continuant immédiatement vers une autre destination.

Une fois le formulaire rempli, il ne vous reste plus qu’à soumettre la demande, et payer directement en ligne . De plus, aucune exigence n’est faite d’imprimer votre ESTA – même si nous vous le recommandons fortement, à cause d’éventuels défauts de transmission.

Une fois votre autorisation obtenue, à votre arrivée sur place, vous devrez quand même passer par l’étape du relevé d’empreintes et la prise de photo. L’agent frontalier se réserve également le droit de valider ou non votre ESTA après un interrogatoire de routine, très fréquent aux Etats-Unis.

Que faire en cas de refus de l’ESTA pour les Etats-Unis ?

Vous avez soumis votre demande pour l’ESTA, qui a été approuvée, et vous avez passé avec succès l’étape de vérification à l’arrivée avec l’agent frontalier : vous êtes en règle et pouvez désormais profiter de votre séjour. Deux autres scénarios inverses peuvent se présenter après votre demande.

  1. « En instance » lorsque le dossier est en cours de traitement
  2. « Autorisation non-approuvée » lorsque votre demande est refusée.

Lorsque vous essuyez un échec dans votre processus d’obtention d’ESTA, tout n’est pas perdu. La première des choses est de comprendre le pourquoi ce refus, et les raisons peuvent être multiples. On rencontre plus fréquemment :

  • La non-éligibilité du demandeur en raison de sa nationalité.
  • L’incompatibilité entre le but du séjour et les motifs autorisés par L’ESTA
  • La durée de séjour prévue dépassant les 90 jours autorisés par l’ESTA
  • Le défaut de passeport électronique ou biométrique
  • La possession d’un visa encore valide par le demandeur
  • Une double nationalité syrienne, irakienne, soudanaise ou iranienne
  • Des antécédents de voyage dans un « pays à risque »
  • Des antécédents judiciaires et sanitaires jugés incompatibles
  • Les erreurs de remplissage de formulaires

Après avoir compris les raisons du refus, il est bien sûr conseillé d’en tenir compte pour une future demande de visa.

Remarquons toutefois qu’il est possible, au bout de 10 jours après un refus précédent, de demander à nouveau un ESTA, s’il y a eu un changement par rapport au motif du refus antérieur (changement de but ou de durée de séjour, par exemple) ou une erreur de frappe. Mais les chances d’aboutissement restent faibles.

Quelques remarques et informations utiles

    • La pandémie du Covid-19 vient corser davantage les mesures de sécurité mises en place après les attentats du 11 Septembre 2011 en matière d’entrée aux Etats-Unis, il est donc conseillé pour être bien informé de consulter fréquemment le site de l’ambassade des États-Unis.
    • L’ESTA est une alternative pratique mais pas toujours adaptée. Si votre voyage d’affaires doit être rémunéré par exemple, il est conseillé plutôt que d’essuyer un refus d’ESTA, de demander un visa B1. Renseignez-vous bien afin d’ éviter des pertes de temps et d’argent inutiles.
    • De même que le passeport, le formulaire ESTA est individuel. Cela veut dire que même les mineurs sont tenus d’avoir leur propre formulaire, dûment rempli par le parent responsable.
    • Attention à vos propos, à votre apparence et aussi à votre attitude face aux agents frontaliers américains car ils peuvent être très susceptibles à la moindre plaisanterie, pourtant anodine pour vous.
    • Gardez toujours en tête que l’ESTA est une autorisation de voyage mais pas une autorisation d’entrée sur le sol américain. C’est pourquoi il ne faut pas négliger l’entretien à l’arrivée avec l’agent de l’immigration qui peut confirmer ou infirmer votre approbation en ligne.
    • Pour lutter contre les tentatives de résidence illégale aux Etats-Unis, le contrôle de l’ESTA est renforcé vis-à-vis des voyageurs en provenance des pays voisins. En effet, il n’y a pas possibilité de réinitialisation du délai de séjour de l’ESTA lors que vous allez faire un séjour dans un pays voisin. C’est plutôt un cumul de jours destiné à vous poser à passer par la voie officielle du visa pour rester plus longtemps sur le sol américain.
    • Il existe un programme dénommé « Programme APC » qui permet grâce à une borne placée dans les aéroports américains, de contrôler les passeports automatisés sans avoir à remplir le formulaire de vérification. Ce système gratuit et ne nécessitant aucune pré-inscription, accélère et facilite grandement les formalités à l’arrivée pour les bénéficiaires de l’exemption APC. Cela ne les dédouane quand même pas de la démarche d’ESTA.